Company Image

Les Progiciels de gestion intégrés (ERP en anglais = Entreprise Resource Planning)  sont des logiciels de bases de données spécialisés dans le classement, le calcul et le traitement statistique des données. Les PGI ne tournent désormais plus sur DOS, mais sur Windows 98 ou 2000, Linux, Unix, etc.

Bonnes adresses

Trouver une Paris Business school à Paris

Pour booster sa carrière MBA Paris- online MBA

Nos partenaires

Gestion budgétaire

En GRH, logiciels de gestion des temps d’activité : peuvent être reliés à une badgeuse qui envoient des mails automatiques si absence ou dépassement d’heures, etc.
Logiciels de planification (mathématiques appliquées) : utiles pour centres d’appels, gestion des caissières, etc.
Les ERP deviennent spécialisés par fonction. Ils sont également plus internationaux : tout ce qui est qualitatif (stratégie, etc.) = global ; tout ce qui est quantitatif (taux réglementaires, etc.) = local, cad adapté. Le commerce électronique commence à être associé aux PGI. Les PGI ne sont pas limités à la GRH, mais concernent l’ensemble des fonctions de l’entreprise (fonction commerciale = le fameux customer relationship management, la gestion de la chaîne logistique = Supply chain management, etc.)

Un marché en forte croissance

Les acteurs : SAP (All) a 400 clients en France (Elf, HP, Générale des Eaux). Produit phare = SAP R/3, maintenant également disponible pour les PME où Sage-Saari est bien placé. Les autres sont Oracle, Peoplesoft, Baan (plus spécialisé sur une fonction spécialisé), JD Edwards…
De plus petits acteurs (PME, consultants…) offrent des solutions personnalisées (progiciels).
Le Marché des PGI est aujourd’hui restreint, mais en forte croissance. Il profite des concentrations et de la percée de l’internet en entreprise. Les PME sont aujourd’hui approchées
Les prix : Les licences permettant d’exploiter les logiciels sont vendues à des prix relativement faibles, de quelques milliers à quelques dizaines de milliers de francs pour une PME. Les entreprises se trouvent cependant ensuite en dépendance vis-à-vis des fournisseurs du service (concept des produits agiles) et les journées de travail (paramétrage, formation, etc.) sont facturées entre 1 500 FRF et 10 000 FRF HT par consultant.

La mise en place d’un PGI : une procédure longue et coûteuse

Mise en place : installation d’un PGI dans une filiale pilote d’abord. Choix d’un logiciel puis d’une SSII, afin de le mettre en place.
Le langage de programmation est très contraignant et le programmateur est obligé d’y imprimer sa personnalité, ce qui fait énormément varier les taux de rentabilité. Problème de la projection (JUNG) : chaque individu imprime sur un objet ou un être du monde une caractéristique psychique qui est, en réalité, un trait de sa vie intérieure. Trop peu d’inventivité, d’innovation, du cerveau humain qui recherche continuellement de (faux) repères. Importance de la débrouillardise. Il y a beaucoup d’échecs. L’informaticien a toujours des petits problèmes et dit toujours “Ah, oui, j’ai trouvé” mais il est trop optimiste. On s’aperçoit des limites de la programmation : l’ordinateur (avec les limites imaginables actuelles) ne pourra jamais donner totalement satisfaction et remplacer l’homme.
Exemple d’installation d’une solution SAP  chez Renault pour 14 000 employés sur 35 pays. Nécessite 100 000 j/h de travail pour le logiciel sur 10 000 postes. L’installation doit durer de début 2000 à fin 2000.
Exemple d’un coût de SAP, pour une entreprise de 4000 personnes et 300 utilisateurs : 18 millions de francs, dont l’installation  (il faut au moins 400 h de formation, à 3500 FRF la journée), le coût du matériel et les prix des licences .

Des solutions permettant un meilleur traitement des tâches administratives, mais lourdes et chères à mettre en œuvre

Avantages :
gain de temps et d’efficacité considérable : Capable de traiter 40 000 feuilles de paie en 2 h.
Permet des simulations, calculs rétroactifs, etc.
Induit plus de contrôle, de traçabilité, permet donc de repérer les fumistes.
Une diffusion plus rapide des informations, à condition de savoir les gérer (centralisation, etc.) : c’est le knowledge management.
Ce sont des application labor-saving pour tout le travail administratif : entraîne la baisse de l’emploi dans presque tous les secteurs, notamment l’administration. La Finlande, qui est en avance à ce sujet, a réduit ses effectifs en bq de 2 en 7 ans.

Inconvénients

Les pannes (courantes) peuvent paralyser l’entreprise. La sécurité (risque d’espionnage ou de disparition des infos) n’est jamais optimale.
Le PGI entraîne en général une restructuration. Au moins 6 mois pour l’installer et ne fonctionne pas toujours : on adapte l’entreprise, au lieu que le logiciel s’adapte. Procès d’une entreprise après avoir fait faillite pour un sap mal adapté. Même si la nouvelle organisation est supposée plus optimale, elle peut en pratique moins bien fonctionner que la précédente.
Nécessite de reprendre le paramétrage dès que l’environnement de l’entreprise varie.
Lourdeur du système. La SNCF a plusieurs PGI en même temps, très lourd à gérer.
Avec un investissement financier limité, les logiciels de GRH permettent des gains de temps et d’efficacité. Cependant, les logiciels de HRM ne vont pas résoudre les problèmes. Ils ne font qu’automatiser des processus qui existent déjà. Ils créent même de nouveaux problèmes à cause de déshumanisation des relations et d’augmentation des risques de sécurité.


Il existe des droits d’auteurs pour la programmation de logiciels (considéré comme un art).

Actualités

Loading...